Tous les formats d'image pour le web expliqués Tous les formats d'image pour le web expliqués Tous les formats d'image pour le web expliqués
Tous les formats d'image pour le web expliqués

Les différents types de formats d'image et leur utilisation

  • Publié le 17/08/2023 à 08:50
  • |
  • Mis à jour le 17/08/2023 à 08:54
  • |
  • Consulté 2071 fois
Tous les formats d'image pour le web expliqués Tous les formats d'image pour le web expliqués Tous les formats d'image pour le web expliqués

Les images sont incontournables sur les sites web, les infographies, les réseaux, les publicités et tous les autres supports de communication. Les éléments visuels suscitent l'intérêt chez les consommateurs. Ils attirent l'œil et peuvent délivrer des messages supplémentaires, transmettre des émotions ou compléter les informations textuelles. Les photos, illustrations, GIF sont ainsi des composants centraux des stratégies de communication.

Cependant, il existe des dizaines de formats d'images et il n'est pas toujours simple de les différencier. PNG, JPEG, TIFF, SVG, PSD, ESP, etc. Quelles sont les spécificités de ces types d'images et lesquelles privilégier ?

Découvrez en détail les différents types de formats d'image et leur utilisation.

Icone Numacom

Les types de formats d'images adaptés à la communication digitale

Que vous ayez un site web, des pages sur les réseaux sociaux ou sur les plateformes digitales, vous aurez besoin d'images pour :

  • créer une identité visuelle autour de votre entreprise ou marque ;
  • attirer les internautes et les faire participer (commentaires, partages du contenu, etc.) ;
  • délivrer des informations claires et rapides (plans, horaires d’ouvertures, nouveautés, etc.) ;
  • fluidifier la navigation ;
  • promouvoir un produit ou un service ;
  • favoriser les passages à l'action (bouton, bandeau, flèches, etc.).

Les éléments visuels sont incontournables dans toutes les stratégies de communication digitales. Mais ils doivent prendre en compte les spécificités du support numérique. Les images utilisées sur le web doivent être légères pour ne pas augmenter le temps du chargement des pages et facilement redimensionnables pour s'adapter à tous les équipements et tailles d'écran. 4 formats d'images matriciels et un type d'image vectoriel répondent aux exigences de la communication digitale.

Le format JPEG ou JPG compatible avec tous les équipements informatiques

Le « Joint Photographic Experts Group » abrégé en JPEG ou JPG est un format universel où l'image est codée et compressée. Les images .jpeg peuvent être interprétées et affichées sur tous les supports logiciels et physiques (ordinateur, tablette, smartphone, etc.). Le standard .jpeg a été lancé en 1992 et il fait partie des formats les plus utilisés sur le web ainsi que par les photographes.

Il est particulièrement adapté pour :

  • diffuser des images légères qui prennent peu de place en mémoire ;
  • afficher des visuels qui peuvent être compressés et donc téléchargés par tous les navigateurs ;
  • encoder des représentations avec une large palette de couleurs (jusqu'à 16,7 millions de nuances) ;
  • partager directement des photos sur les sites, blogs et réseaux sociaux.

En revanche, le .jpeg a un inconvénient majeur : la perte de qualité. Si la compression est trop haute, l'image sera moins nette. De même en cas de retouches, la qualité baisse à chaque nouvel enregistrement. Pour garder une qualité constante, il faudra opter pour un autre format populaire sur le web : le PNG.

Le format PNG pour des images haute qualité sur les pages web

Les images .png pour « Portable Network Graphics » sont idéales pour :

  • créer des documents interactifs ;
  • concevoir des logos, infographies et bannières ;
  • diffuser des visuels sur arrière-plan transparents ;
  • conserver des illustrations de haute qualité et détaillées même avec une compression.

Le PNG allie la palette de couleurs des formats JPG avec la prise en charge de la transparence. Il est donc le format matriciel à privilégier si vous avez besoin de détourer des contours ou de superposer des éléments visuels. Le PNG offre également une meilleure qualité grâce à son système de compression sans perte. En revanche, il est un peu plus lourd que le JPEG et ne permet pas de diffuser des images animées.

Le format GIF pour des visuels animés

Le GIF tire son abréviation de « Graphic Interchange Format » ou format d'échange d'images en français. Il s'agit d'un algorithme de compression qui réduit le poids de l'élément visuel sans en impacter la qualité. Lors de son lancement dans les années 1990, il a entraîné une véritable révolution sur le web grâce à sa compression, car il permet de stocker plusieurs images dans un seul fichier et ainsi d'animer les éléments visuels !

GIF

Aujourd'hui, les GIF sont toujours très utilisés pour :

  • créer des animations et mèmes internet sur les réseaux et les blogs ;
  • isoler des séquences de films, séries ou vidéos publicitaires ;
  • apporter du relief à un contenu textuel ;
  • illustrer de manière ludique et humoristique des informations.

Par contre, les GIFS ne sont pas adaptés à la diffusion d'images de haute qualité. Ils sont limités à 8 bits par pixel soit 256 couleurs, ce qui rend impossible la prise en charge des photos, des dégradés ou même des images grands formats qui apparaissent très granuleuses. De plus, le format GIF ne restitue pas les effets visuels comme les jeux de lumière et les dégradés.

Le format WebP pour des sites plus légers et performants

Le WebP est un format d'image relativement récent développé en 2010 par Google. Son objectif est d'améliorer la vitesse de chargement des pages web grâce à son taux de compression qui réduit le poids des éléments visuels tout en conservant leur qualité. Le WebP prend aussi en charge la transparence. Cependant, sa comptabilité n'est pas universelle.

Actuellement, seuls quelques logiciels et 4 navigateurs web prennent complètement en charge et affichent les images WebP. Il s'agit de :

  • Google Chrome ;
  • Firefox ;
  • Opera ;
  • Edge.

Le format SVG pour des graphiques et images vectoriels

Les fichiers .svg sont constitués de données structurées en XML, un langage de balisage extensible. Ils sont utilisés pour :

  • créer des icônes et logos pour les sites web ;
  • produire des images simples et redimensionnables sans perte de qualité ;
  • diffuser des contenus pris en charge par tous les navigateurs web.
SVG

Les images SVG sont légères. En revanche, ce format n'est pas adapté aux réalisations plus complexes, car le code XML risque de devenir volumineux avec une maintenance et une résolution d'erreurs difficiles.

Icone Numacom

Les différents types de formats d'image adaptés à l'impression

Les formats JPEG, PNG et GIFS sont idéaux pour la communication digitale. En revanche, ils n'offrent pas une qualité suffisante pour des impressions papier professionnelles. Si vous souhaitez concevoir des supports de communication comme des flyers, des brochures ou même des montages photos, il faudra opter pour d'autres formats tels que le PDF, l'EPS ou encore le TIFF.

Le format TIFF pour les photos et la transmission des données d'impression

L'abréviation TIFF signifie « Tagged Image File Format ». Il s'agit d'un standard pour :

  • les photos de grande qualité (présentant toutes les nuances de couleur) ;
  • les informations vectorielles et textuelles ;
  • les documents et numérisations haute résolution.
TIFF

Les fichiers .tiff intègrent un système de compression quasi sans perte qui conserve tous les détails, les niveaux de gris et la profondeur des contenus. Cependant, ils sont très lourds, ce qui les rendra inutilisables sur un site web et très complexes à partager.

Le format PDF, idéal pour l'édition

Le PDF pour « Portable Document Format » est incontournable dans l'édition, l'échange et l'impression des données textuelles. C'est le format privilégié pour la conception de rapports, guides, notices. Il prend aussi en charge :

  • les images bitmap (constituées d’une matrice de points colorés comme pour les formats .jpeg) ;
  • les illustrations vectorielles (composées de vecteurs comme les créations réalisées via Photoshop) ;
  • les fenêtres 3D développées avec CAO 3D ;
  • les documents, feuilles de calculs et graphiques.

Le PDF est, de plus, une norme universelle et souvent le format privilégié par les imprimeurs pour envoyer une conception finale en production. Son inconvénient est que les contenus ne sont plus modifiables facilement.

Le format EPS pour une résolution optimale

Le format EPS pour « Encapsulated PostScript » est un format vectoriel qui contient des données graphiques en deux dimensions. Il est considéré comme le prédécesseur du PDF, mais reste encore très utilisé :

  • par les graphistes et autres spécialistes de l'image ;
  • pour enregistrer des images zoomées et agrandies ;
  • pour transférer des fichiers aux designers qui ne manipulent pas les produits Adobe ;
  • pour les impressions papiers haute résolution.

En revanche, le standard EPS n'est pas du tout adapté au web. Il n'est pas pris en charge par les principaux navigateurs ni par les visionneuses. Il n'est pas non plus approprié pour le traitement des photographies et des images bitmap (pixellisées). Pour des projets de créations de visuels et de chartes graphiques, il faut privilégier d'autres formats vectoriels comme le PSD, l'AI ou l'INDD.

Icone Numacom

Les types de formats d'image adaptés au design

Les graphistes et autres concepteurs de visuels travaillent essentiellement avec des images vectorielles c'est-à-dire créées à l'aide de formules mathématiques. Ce format permet de conserver la même qualité d'image lors des agrandissements ou des réductions et offre de nombreuses possibilités visuelles.

La conception et le traitement de ces images se font via des logiciels de modélisation et de dessin assisté par ordinateur (DAO). Les plus utilisés sont Adobe Photoshop, Illustrator et Indesign qui ont popularisé leurs propres formats d'images : PSD, AI et INDD.

Le PSD pour les projets créatifs en équipe

Les fichiers .psd sont créés et enregistrés dans le logiciel de retouches d'images Adobe Photoshop. Ils reposent sur un système de calques ou couches qui permettent de modifier les représentations plus facilement et précisément. Le .psd peut ensuite :

  • être transféré facilement à un collaborateur ou partenaire ;
  • aider à superposer plusieurs images ou à les manipuler séparément ;
  • conserver des fichiers fiables et stables ;
  • être converti dans d'autres types de formats (PNG, JPEG, PDF, etc.).

Au niveau des inconvénients, les fichiers au format PSD sont très lourds. Pour les ouvrir et les éditer, il faut posséder une licence Photoshop qui est plutôt onéreuse. Enfin, le logiciel lui-même est complexe et demande un apprentissage pour pouvoir maîtriser toutes ses fonctionnalités.

Le format AI pour la création graphique

Le format AI est un autre type d'image spécifiquement développé par Adobe pour enregistrer une création graphique. Il s'agit du format de sortie des visuels réalisés grâce à Adobe Illustrator. Les fichiers .ai sont utilisés pour :

  • redimensionner des images et dessins sans perte de qualité ;
  • créer des effets de transparence, des superpositions et des typographies ;
  • concevoir des logos et des icônes ;
  • maquetter des sites web ;
  • préparer les modèles d’impression de flyers et autres dépliants.

Les fichiers au format AI sont légers ce qui facilite leur partage. En revanche, ils sont spécifiques à Illustrator et demandent une licence et une connaissance du logiciel.

Tout comme Photoshop, les créations réalisées avec Illustrator ne sont pas destinées à être utilisées directement sur le web. Elles doivent d'abord être converties et enregistrées sous un autre format.

Le format INDD pour les créations visuelles complexes

Fichier photo indd

Les fichiers au format INDD sont créés et enregistrés dans le logiciel Adobe InDesign. Ils permettent de :

  • concevoir des supports de communication volumineux comme les journaux, les magazines ou les ebooks ;
  • construire des publications riches qui incluent des graphiques et des typographies complexes ;
  • réaliser des canevas personnalisés et réutilisables ainsi que des mises en forme sophistiquées.

Les documents .indd conservent ensuite leurs mises en forme et leur alignement lors des partages. En revanche, comme pour les autres formats produits par Adobe, la création des fichiers Indesign demande des compétences avancées et une licence payante.

Maintenant que vous savez tout ou presque sur les images, il vous reste à en trouver des images libres de droits.

Icone Numacom Conseils & guides de notre agence web Les conseils sur la même thématique

Retrouvez nos autres guides susceptibles de vous intéresser pour vos projets de création de site internet.

Icone Numacom Articles de notre agence web Les billets de blog sur les mêmes thématiques

Découvrez nos articles de blog en création de site web pouvant vous intéresser.